Les œuvres des femmes dans les arts vivants : enjeux contemporains et historiques (Université Paris 8)

Deadline: 01/03/2019

Journée de jeunes chercheur·e·s, Université Paris 8, juin 2019

Les œuvres des femmes dans les arts vivants : enjeux contemporains et historiques

Organisée par Nathalie Coutelet et Raphaëlle Doyon

Partant de l’intérêt croissant des étudiant·e·s de master et de doctorat à l’égard des œuvres des femmes, des questions de genre et de discriminations dans les arts vivants, cette journée d’étude vise à leur donner la parole et à créer un réseau informel d’échanges et de réflexions. Elle sera consacrée aux œuvres des femmes au sens large : les créations artistiques des femmes et leur place dans le monde des arts vivants, dans l’histoire et aujourd’hui. Nous cherchons ainsi à rompre avec « le fait que les représentations de la sexualité et du genre sont et ont été des constructions masculines (représentations de, mais non par les femmes) » . Les intervenant·e·s sont invité·e·s à porter leur attention sur les représentations proposées dans les œuvres pour aborder les questions de production, de processus de création, de reconnaissance, de réseaux, possiblement féministes et féminins, et de réception. Les arts vivants pouvant être considérés à certains égards comme un observatoire des rapports de genre à une époque donnée, l’attention portera aussi bien sur le contenu et le parcours des œuvres, que sur les mécanismes d’empêchement et les pratiques d’émancipation individuelle et collective que proposeraient ou auraient proposé les créations envisagées.

Axes proposés

Le genre des métiers de la création

Directrices artistiques et de lieux de création et de diffusion, comédiennes, autrices, danseuses, artistes de cirque, techniciennes, etc., comment se divise le travail artistique entre les sexes, dans les métiers artistiques et techniques ? Pendant les formations et au cours de l’exercice du métier, par exemple dans un répertoire technique genré dans la danse ou le cirque ? Dans certains rôles et dans certaines dispositions d’interprétation chez les comédiens et comédiennes ? Quel rôle joue le corps genré dans l’interprétation ? De quelle façon les rôles interprétés participent-ils pour les actrices, circassiennes, danseuses à la construction de leur employabilité et de leur trajectoire professionnelle ? Quels liens peut-on établir entre le travail des femmes dans la création et leur existence en dehors de la scène ? De quelles différences peut-on faire état entre amateures et professionnelles ? Quelles pratiques micropolitiques proposent les metteuses en scène, les performeuses féministes , les textes des autrices, de l’ancien régime , suffragettes , ou contemporaines ? Quelle attention est donnée aux figures féminines et quels espaces scéniques et sonores occupent-elles ? Quelles sont les contournements des stéréotypes de genre dans la création ? Sont-ils liés à des stratégies d’actions collectives et individuelles ?

Les œuvres des femmes : création, visibilité, reconnaissance professionnelle, postérité.

Quelles œuvres de femmes sont visibles ou ont été visibles de leur temps ? Dans quels cercles ou milieux ? Quels liens entretiennent ces œuvres avec le contexte socio-historique de leur création ? Que racontent-elles ? A qui s’adressent-elles ? De quels parcours des artistes femmes leurs œuvres rendent-elles compte, qu’il s’agisse de périodes historiques où l’autorisation du père ou du mari était nécessaire pour exercer ou de l’époque contemporaine et des débats sur la parité dans les théâtres subventionnés ? Quelles œuvres rendent comptent des mécanismes d’exclusion et d’auto-censure des femmes des instances de légitimité ? Quelles œuvres les subvertissent et proposent des modèles libérés des modèles masculinistes et/ou hétéro-normatifs ? Quels ont été ou sont encore les usages de pseudonymes masculins et du travestissement en homme ? Quels liens sont établis avec les collaborateurs hommes et collaboratrices femmes, et avec les instances de production, de diffusion, et la critique ? Quelles sont les traces des œuvres du passé dans les répertoires d’aujourd’hui et dans les histoires du théâtre ? Quelles sont les liens entre les créations des femmes et les genres spectaculaires considérés comme mineurs ou moins professionnels ? De quelle façon le genre de la création croise-t-il les discriminations de classe, d’orientation sexuelle et de racialisation dans différents contextes nationaux à travers le monde ?

Plusieurs de ces questions pourront être abordées à travers une analyse croisée, esthétique et sociohistorique.

Modalités de soumission

Les propositions de communication sont à envoyer conjointement aux coordinatrices, Nathalie Coutelet, nathalie.coutelet@libertysurf.fr, et Raphaëlle Doyon, doyonraphaelle@gmail.com

Elles comporteront : le titre de la communication, un résumé de 200 mots, une bibliographie indicative, et cinq mots clefs. La date limite de soumission des propositions est fixée au 1er mars 2019.

Nous demanderons aux intervenant·e·s d’accompagner leur communications d’extraits ou d’archives des œuvres en question (lectures, captation, iconographies, ou autres).

Made by Rekall Design