Les femmes dans le monde académique. Perspectives comparatives

Deadline: 30/09/2017

Un ouvrage dirigé par Rebecca Rogers et Pascale Molinier, Presses Universitaires de Rennes, 2016.

Les récentes recherches sur la place des femmes dans le monde académique font apparaître plusieurs constats. Le premier est l’érosion du nombre des femmes au fur et à mesure que l’on avance dans la hiérarchie des enseignements et des statuts ; il existe bien un « plafond de verre » qui affecte les carrières universitaires des femmes. Le second constat est le fonctionnement apparemment sexué des disciplines universitaires. Enfin, de nombreux stéréotypes de genre affecteraient encore les représentations du travail et de celles ou ceux qui le font, ce qui n’est pas sans incidence sur l’évaluation des dossiers, la perception de « l’excellence » et les carrières différenciées.

Cet ouvrage rassemble des analyses historiques et des approches sociologiques comparatives qui actualisent les données chiffrées sexuées concernant la place des femmes dans les différentes disciplines académiques, mais aussi dans les différents corps des universités, y compris administratifs. Sur un versant plus prospectif, il identifie des obstacles persistants aux carrières féminines, tout en prenant en compte les différents programmes mis en place en faveur de l’égalité pour évaluer leur efficacité.

Avec le soutien de l’UTRPP et du conseil scientifique de l’université Paris 13.

Les autrices :

Rebecca Rogers est professeure d’histoire de l’éducation (département des sciences de l’éducation) et chargée de mission pour l’égalité femmes/hommes à l’université Paris Descartes. Membre du Centre de recherches sur les liens sociaux (Cerlis UMR 8070), elle mène des recherches sur l’éducation des filles, la mixité et les études de genre. Parmi ses publications : (dir.), 2004, La mixité dans l’éducation : enjeux passés et présents, Lyon, ENS Éditions ; avec Laura Lee Downs et Françoise Thébaud, 2012, « Gender studies et études de genre : le gap », Travail, Genre et Sociétés, n° 28, p. 151-169.

Pascale Molinier est professeure de psychologie sociale et chargée de mission pour l’égalité femmes/hommes à l’université Paris 13 Villetaneuse. Membre de l’unité
transversale de recherche en psychogenèse et psychopathologie (UTRPP EA 4403)
qu’elle dirige depuis 2013, elle mène des recherches sur les rapports entre travail,
genre et santé. Elle est la directrice de publication des Cahiers du genre. Parmi ses publications : 2003, L’énigme de la femme active, Paris, Payot ; 2006, Les enjeux psychiques du travail, Paris, Payot ; 2012, Le travail du care, Paris, La Dispute.

Sommaire :

- Les pionnières dans l’enseignement supérieur : obstacles et stratégies
- Carrières académiques
- Transformations institutionnelles

Téléchargez l’introduction :

PDF - 196.7 ko

La table des matières :

PDF - 194 ko

Voir l’ouvrage sur le site de la maison d’édition.

Made by Rekall Design